INFOS

Prix spécial des Goélettes.

 « Monsieur Durand », – Léna Tardivel et un camarade, de la classe de Mme Murielle Goasmat – se voit attribuer le Prix spécial des Goélettes avec le texte ci dessous.

 

Il était là, étalé comme une loque contre le tronc du vieil arbre, du sang encore frais lui dégoulinant du menton.

Elle le vit le matin-même.

C’était son passé, celui qu’elle tentait de dissimuler à tous depuis son arrivée dans ce petit village de mareyeurs, ce passé morbide, aussi noir que sa peau, qu’elle avait retrouvé affalé contre l’arbre.

Ce masque de douceur qu’elle arborait depuis l’enfance tomba enfin.

Ses larmes aussi.

Cet homme, elle l’avait connu bien des années auparavant.

Elle le rencontrait souvent en rêves, lorsque seule la nuit pouvait l’entendre, espérant le revoir un jour.

Mais jamais dans ces conditions.

Il avait été sa seule attache, son unique confident dans cette enfance en ruine, tel un père de substitution durant quelques années. Et il avait promis qu’un jour, il l’aurait sauvée. Il lui avait juré qu’elle ne connaîtrait plus les larmes, les coups, les cris, le sang. Il avait dit qu’il la protégerait.

Qu’il ne tienne parole fut la douleur la plus insupportable qu’elle eut à subir dans toute sa jeune vie. Bien pire que les coups de ceinture à répétition, plus atroce encore que les caresses malsaines et déplacées d’un père bien trop saoul, plus dure même que le harcèlement constant d’une vie mal désirée.

Jamais elle ne pourrait en découdre avec son passé. Elle se souvenait du jour où elle avait pris la fuite, après “la fois de trop”. Elle s’était réfugiée chez lui, croyant que ce jour-là enfin il ferait quelque chose.

Ce n’avait pas été le cas.

Et jamais elle n’avait pu tourner la page .

Elle observait le corps sans vraiment le voir, son être rivé vers ses pensées qui bouillonnaient, rouvrant peu à peu un tiroir de sa vie qu’elle aurait voulu garder à tout jamais scellé, regrettable tatouage qu’elle ne pourrait pleinement effacer.

De cette association de sentiments qui bataillaient en elle, il n’en resta qu’un.

La haine.

Elle savait qu’elle aurait à revoir cet homme bien pire que vipérin, et vite.

Mais cette fois, elle se jura qu’il y laisserait des plumes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.