INFOS

Articles récents

Les critiques du Goéland Masqué :  » Nager sans se mouiller « 

L’auteur, Carlos Salem, sera présent au 13e Festival du Goéland Masqué. Juanito Perez Perez a un peu la tête de n’importe qui, une petite vie un peu minable, un divorce un peu sordide et une vie sentimentale qu’il vaut mieux passer sous silence. Bien rares sont ceux qui savent qu’il est aussi Numéro Trois, tueur à gage patenté, as de …

Lire la suite »

Les critiques du Goéland Masqué :  » Redemption Factory « 

L’auteur, Sam Millar, sera présent au 13e Festival du Goéland Masqué. L’Irlande de Sam Millar n’est pas celle des paysages ruraux de la « verte Erin » qu’un flot de touristes, nostalgique d’un Eden fantasmé, cherche à retrouver à chaque visite. Certes, dans le classique, vous retrouverez un pub à Guiness, la passion du héros pour le snooker, l’évocation de …

Lire la suite »

Les critiques du Goéland Masqué :  » Poussière tu seras « 

L’auteur, Sam Millar, sera présent au 13e Festival du Goéland Masqué. Que cache ce paysage cafardeux des environs de Belfast ? ces zones périphériques occupées par un terrain vague où seules les ruines d’un orphelinat attestent d’une vie antérieure ? Que cache la « Barton Forest » aux buissons d’aubépine et aux sous- bois tellement inaccessibles ? A cet endroit …

Lire la suite »

Les critiques du Goéland Masqué :  » Delirium tremens « 

L’auteur, Ken Bruen, sera présent au 13e Festival du Goéland Masqué La littérature Noire américaine a popularisé la figure du privé comme antihéros d’un pays, loin d’être aussi serein et triomphant que sa puissance pouvait le laisser entendre. L’Irlandais Ken Bruen, dans ce roman publié à l’origine en 2001, au moment même où l’Irlande aux yeux de nos libéraux européens …

Lire la suite »

Les critiques du Goéland Masqué : « Le petit bleu de la côte Ouest »

Georges Gerfaut ne se pose pas de questions. Ou alors, si ça lui arrive, il s’empresse de les noyer dans le Cutty Sark. Il lui arrive aussi de faire des choses qu’il ne comprend pas. Par lassitude, ou par ennui. C’est comme ça qu’il file à l’anglaise après avoir déposé aux urgences un accidenté de la route qu’il a cueilli …

Lire la suite »

Les critiques du Goéland Masqué : « L’Enfant allemand »

Voilà que Camilla Läckberg nous revient avec le 5è opus des aventures d’Erika Fälk. L’auteur avait commencé sa carrière en surfant sur la vague Millenium et le premier volet consacré à son héroïne, La princesse des glaces, avait même reçu en 2008 le Grand Prix de Littérature Policière. Depuis, Erika Fälk a grandi, elle s’est mariée et reproduite, et de …

Lire la suite »

Les critiques du Goéland Masqué : « Clara et la pénombre »

Au début, il y a le miroir. Celui qui renvoie l’apparence ou laisse affleurer l’inconnu, obéit ou trahit. Celui qu’Alice franchit, délaissant le reflet pour son revers, un monde où rien n’est tout à fait comme on croit. De l’autre côté du miroir, puisque Alice veille, en exergue aux quatre parties du roman, de l’autre côté du miroir, l’art n’est …

Lire la suite »

Les critiques du Goéland Masqué : Le poulpe

L’auteur, Jean-Bernard Pouy, sera présent au 13e Festival du Goéland Masqué.   En matière de polar, on aime pouvoir compter sur son héros. On s’apprivoise, on finit par bien se connaître, avoir un peu les mêmes goûts. On passe deux ou trois heures ensemble, à l’occasion, le temps d’un TGV, il nous raconte ses dernières prouesses. Le Poulpe est de …

Lire la suite »

Les critiques du Goéland Masqué : « Le bar crade de Kaskouille »

L’auteure, Nadine Monfils, sera présente au 13e Festival du Goéland Masqué. Depuis la projection lors du salon 2008 de Madame Edouard, tout spectateur averti de Penmarc’h sait que Nadine adore les bistrots. Elle nous le rappelle dès l’entrée de ce petit bijou d’une centaine de pages : « Les rades sont les hôpitaux de l’âme » or, celui de Lulu n’a, a …

Lire la suite »

Les critiques du Goéland Masqué : « Jeux pour mourir »

  La Seconde Guerre mondiale vient de se terminer. Géo-Charles Véran, ex-journaliste, consacre sa retraite à la protection de l’enfance. Jeux pour mourir, son unique roman, recevra en 1950 le Grand Prix de littérature policière. Dans ce roman des décombres d’une après-guerre pas toujours reluisante, où on exécute des enfants quand on ne les envoie pas au bagne, Géo-Charles Véran …

Lire la suite »