INFOS

Ouest-France du 8 mai 2019

L’affiche et le programme de la 19e édition du festival du Goéland Masqué, à venir du 8 au 10 juin, dévoilés vendredi, au studio TNV Design de Kérity.

L’équipe du festival et le studio graphique Tnv Design dévoilaient, vendredi, le programme et l’affiche, une semaine après l’annonce du lauréat 2019.

Le Goéland masqué va déployer ses ailes, comme habituellement, le prochain week-end de Pentecôte, les 8, 9 et 10 juin.

C’est une nouvelle formule qui a été pensée, comme l’explique Brigitte Stephan, en charge de la programmation, « dans la continuité »de ce qui fait le succès du festival depuis presque vingt ans : réunir en un « bout du monde », des auteurs passionnants et passionnés du roman et de la BD noirs, pour qu’ils rencontrent leurs publics, et animer l’événement par des lectures, des spectacles et des films.

Un canard pour le Goéland

Un contenu riche qui se devait d’être encore mieux mis en valeur, et, d’un point de vue pratique, bien présenté aux festivaliers, afin qu’ils puissent en avance organiser et choisir leurs priorités.

« Le programme passe cette année en format gazette », explique Tunvezh Le Berre, du studio Tnv Design, qui signe cette année sa troisième réalisation pour la communication du festival.

Le format du carnet des années précédentes permettait d’avoir le programme toujours dans la poche. Repliée, la gazette en fait autant, mais déployée, elle permet d’un seul coup d’œil sur les deux double-pages, de découvrir les auteurs, réunis par thème, les artistes de l’image, le festival dédié aux enfants, les focus sur les prix littéraires, dont le lauréat 2019 du Goéland Masqué – Jean Pierre Rumeau pour Le Vieux pays, la Bretagne, les animations lecture et écriture.

Le calendrier final permet de ne pas manquer le bon moment pour les dédicaces. On peut y voir les moments forts que seront les rencontres avec Nicolas Mathieu, lauréat du Goéland Masqué en 2015, et du Goncourt depuis, également celle d’Alice Zeniter, lauréate du Goncourt des lycéens, tout comme l’hommage à Claude Mesplède, surnommé « le pape » du roman noir par les adeptes de la discipline.

Tout est donc réuni pour partir, « partir » étant la thématique choisie de cette édition, donnant lieu à un thème graphique nouveau, qui abandonne la police originelle et lance l’événement vers de nouveaux horizons.

Pour patienter d’ici le mois de juin, un pré-événement aura lieu samedi, sous la forme d’une lecture itinérante de Moby Dick.

Après cette 19e édition bien attendue, on pensera bien sûr à la 20e. Marie-Françoise Plouzennec, présidente, confirme que les réflexions sont bien engagées concernant la forme que prendra cette édition exceptionnelle et symboliquement chargée.

Les premières idées sont d’ores et déjà posées. Le Goéland, pas de doute, poursuivra son vol.

Samedi 11 mai, lecture itinérante de Moby Dick, débutant à 15h à la chapelle de la Madeleine, et se poursuivant à 16h, au Vieux Phare, et à 17h au Musée de la Préhistoire.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.