INFOS

Ouest-France du 19 mai 2021

Penmarc’h. Samedi 23 et dimanche 23, le Goéland Masqué se réinvente avec des lectures

Un festival sans auteurs, mais avec les mots des auteurs. Voilà ce qui est proposé lors du festival Le Goéland Masqué, à Penmarc’h (Finistère) les 22 et 23 mai 2021. Le thème « Resistance(s) » se déclinera sous plusieurs écrits.

François Hoffman, (à droite), programmateur des lectures pour le festival du Goéland Masqué et Pierre Hancisse, acteur, liront un extrait du roman « Impossible » d’Erri De Luca, à la salle Cap Caval.

Il va enfin flotter un parfum de culture à Penmarc’h (Finistère), ce week-end de la Pentecôte. L’association Le Goéland Masqué n’a pas pu, pour la deuxième fois, proposer à son public un festival du livre, mais a tenu à proposer des lectures à divers endroits de la commune. Brigitte Stephan, en charge de la programmation du festival, et François Hoffman, qui s’occupe particulièrement des lectures, ont concocté, avec l’équipe du festival, quatre jours où les mots résonneront sur toutes la commune. « Les lectures ont été initiées depuis longtemps par Josette Blondel et Roger Hélias, tous deux anciens présidents du Goéland, et Xavier Bazin. Il nous a paru important de pouvoir en proposer en respectant la thématique du festival qui est Résistance(s). »

Lire, c’est résister !

François Hoffmann, actuellement professeur émérite au Cours Florent (Paris, Bordeaux et Bruxelles), et habitant à Penmarc’h, a déjà participé à des lectures au Goéland. « Faire lire des textes mis en scène ou non, c’est une manière unique de transmettre les mots et la littérature et de partager l’intime de l’auteur entre l’acteur et le public. Les mots sont assez forts pour être écoutés pour ce qu’ils sont », confie-t-il.

Le programme est éclectique et reste bien dans l’ADN de ce festival de roman noir, social et polar. « Les auteurs choisis ont tous résisté. Que cela soit Hélène Berr, avec son journal ; Julien Gracq, contre l’Académisme ; Jean-Bernard Pouy, comme romancier critique de son époque ; Erri De Luca, contre l’ordre établi ou encore Joseph Ponthus, qui donne la parole au peuple », ajoutent les programmateurs.

L’anniversaire de la Commune sera également évoqué avec des textes issus du livre Les Pétroleuses ou encore une évocation d’Ouessant. Sans oublier une adaptation au vitriol d’un texte de Mathieu Riboulet contre les violences policières. Les organisateurs ont tenu à ce que les « lecteurs-acteurs » soient tous originaires de Penmarc’h.

Pratique : du 21 au 24 mai. Programme des lectures sur www.goélandmasqué.fr et sur penmarc’h.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.