INFOS

Les auteurs invités du 13e Festival : Dominique Manotti

Dominique Manotti

« Quand j’ai commencé à écrire j’avais (plusieurs) vies derrière moi ». Par cette confidence faite en 2011  lors d’une intervention publique à l’EHESS *, Dominique Manotti nous résume au mieux son riche parcours. D’abord, tout en poursuivant des études d’histoire ( par polycop interposés !) à la Sorbonne, elle milite à l’Union des Etudiants Communistes au moment de la guerre d’Algérie  . Puis, assistante en histoire contemporaine à la Faculté de Vincennes, après 1968, elle participe à l’ expérience unique dans les annales de l’université française, d’un enseignement supérieur ouvert vers les salariés où, programmes et méthodes pédagogiques, étaient librement débattus collectivement. Très engagée à la CFDT, dont elle devient secrétaire départementale, elle participe à la rédaction des Cahiers de Mai, l’un des meilleurs échos des nombreuses luttes ouvrières qui jalonnent les années 70 . C’est l’une de ces dernières luttes, celle des immigrés turcs clandestins du Sentier en 1980 pour leur régularisation, qui fournira la matrice de son premier roman « Sombre Sentier » paru en 1995. Mais, pour passer du militantisme à la littérature, il faudra les errements des années Mitterrand (  » Je suis venue à la littérature non par vocation mais par désespoir ») et la découverte des romans de James Ellroy .
Choisir la littérature noire comme genre, pour démonter les rouages d’un système économique et social soumis aux puissances d’argent et embourbé dans les trafics les plus divers («  A nos chevaux » (1997) « Kop » (1998) et « Nos fantastiques années fric » (2001)) est dès lors  une évidence pour cette admiratrice des grands romans sociaux du XIXème siècle.
Les romans qui suivent montrent encore plus de puissance. « Lorraine Connection » (2008) terrible constat sur les drames de la condition ouvrière dans une Lorraine industrielle à l’agonie, proie facile pour les requins de la finance internationale. « Bien connu des services de police » (2010) réquisitoire implacable contre le tout sécuritaire mis en place en 2005 par un ancien ministre de l’Intérieur. « L’honorable Société » roman écrit avec DOA ( Grand Prix de la littérature policière en 2011) dont l’action , entre les deux tours d’une présidentielle, dénonce les fréquentes collusions entre certains politiques et des industriels du BTP lorgnant sur la filière nucléaire française.
Le mois dernier, vient de paraître « L’Evasion« , roman d’une grande richesse inventive sur la genèse de l’écriture romanesque avec toujours le souci du contexte des évènements. L’action se déroule à Paris sur plusieurs mois entre 1987 et 1988 dans le milieu des ex-terroristes italiens réfugiés en France, pendant qu’en Italie, la décomposition de la République laisse le champ libre aux services secrets, pour monter des opérations d’envergure contre le peu qui reste de l’extrême gauche.

* EHESS: Ecole des Hautes Etudes en Science Sociale.

Le blog de Dominique Manotti : www.dominiquemanotti.com

Dominique Manotti paticipera avec Antoine Blocier le samedi 18 mai à 16h30 à la salle Cap Caval à une table ronde sur le thème « La Noire et le Rouge: la littérature noire et la question sociale ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.