INFOS

Les auteurs invités du 13e Festival : Carlo Lucarelli

Carlo  Lucarelli
 
Né à Parme en 1960 .
A fait des études d’histoire à l’université de Bologne avec un mémoire de Maîtrise intitulé « La vision de la police dans la mémoire des antifascistes ».
Comme l’écrit Claude Mesplède dans son indispensable dictionnaire des littératures policières, Lucarelli enchaîne en même temps que ses études « de nombreux petits boulots: cueilleur de fruits, receveur de tramways, cours privés de latin et chroniqueur de faits divers pour un journal d’Imola ».
En 1990 Lucarelli participe à la fondation du GROUPE 13 à Bologne avec Macchiavelli. Il entame son œuvre de romancier par une 1èrenouvelle, « Nikita », dans le recueil « I delittidelgruppo 13 » (« les crimes du groupe 13 »). Voici le début: « On l’appelait Sid parce qu’il ressemblait à Sid Vicious, le bassiste des Sex Pistols et parce que comme lui, il était cassé en permanence.»  Cette première phrase montre déjà un créateur ouvert à tous les aspects de la culture de masse, ce que la suite de sa carrière démontrera. Animateur et producteur, à la RAI, de « Mistero in Blu » émission qui présente des affaires de meurtre non élucidées. Scénariste au cinéma pour le « Sang des Innocents » de Dario Argento. Par ailleurs, animateur de radio et scénariste de bande dessinée, chroniqueur dans plusieurs journaux comme l’Unita ou Il Manifesto il est aussi vice-président de l’AIEP (l’Association Internationale des Écrivains de Policiers) fondée à Cuba par Paco Ignacio Taibo II. Auteur de « Tenco a tempo di tango » sorte de théâtre musical créé 40 ans après la mort de Luigi Tenco, l’immortel auteur de Ciao Amore Ciao (chanté en duo avec Dalida) qui se suicida en 1967 en plein festival de San Remo.
Lauréat de nombreux prix, comme le prix Alberto Tedeschi (dirigeant historique de la collection I libriGialli chez Mondadori) pour « Indagine non autorizzata » (1993) (« Enquête interdite » Fayard 2005).
Son œuvre romanesque pourrait se diviser en plusieurs cycles (romans traduits en français par Arlette Lauterbach):
– Le cycle politico/historique, qui ébauche une relecture de la période
qui va du fascisme  (1922) à la naissance de la République (1948):

  • « Carte Blanche  / L’été trouble » et « Via delle Oche », Gallimard,  Série Noire 1999 
  • « Guernica »,  « L’île de l’Ange déchu », La Noire – Gallimard, 1998 et 2002
  • « Enquête interdite »,  Fayard Noir, 2005 

– Le cycle « noir / humoristique » des aventures de l’inspecteur Coliandro:

  • « Phalange armée », 1996 
  • « Le Jour du loup », Gallimard Série Noire
  • auquel on peut ajouter « Laura de Rimini », 2001

 – Le cycle « noir/thriller »: 

  • « Almost Blue », La Noire, 2001 
  • « Loup Garou », 2003
       –  Son dernier roman paru en France: « La huitième vibration », chez Métailié en 2010 (traduit par Serge Quadruppani), qui marque une nouvelle étape dans la carrière du romancier: le récit, qui retrace l’aventure italienne en Abyssinie à la fin du XIXème, tient à la fois
de la fresque historique, du polar et de l’histoire d’amour.

Texte : Roger Hélias 

Le site internet de l’auteur : http://www.carlolucarelli.net/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.