INFOS

la Plume noire du défi « TOUS PUBLICS »

Marie-Rose Rigault a remporté la Plume noire du défi « TOUS PUBLICS » sous le pseudonyme d’« Agapanthe douce » avec le texte ci dessous.

Selon ma grand-mère la fille de la voisine avait un polichinelle dans le tiroir. Ça se voyait, elle avait le masque, le masque de grossesse.
Les femmes le devinaient dès que l’une d’elles tombait enceinte : teint cireux, cernes, et comme une auréole grisâtre autour de la bouche. Etat impossible à dissimuler.
Ça jasait au lavoir. Les commères du coin, association de vieilles chipies décaties, retrouvaient leurs bonnes habitudes : débiner les jolies filles peu farouches.
Ce matin-là ma grand-mère avait décidé d’en découdre à propos de la fille de la voisine. Elle jubilait, elle détestait sa voisine. Quel plaisir de pouvoir la critiquer à travers sa fille délurée !
Elle glapit, l’œil vipérin : « Si c’est pas une honte de se faire engrosser par un Noir ! En plein pays bigouden en plus ! Sûr que son père à cette traînée, tout mareyeur qu’il soit, il doit pas être bien fier de sa progéniture ! »
Les mois passaient, les hanches de la fille s’arrondissaient, adieu taille fine et poids plume … Ses seins s’alourdissaient, adieu bals et virevoltes. Une nouvelle page de sa vie s’écrivait mais elle assumait.
Pour mettre fin aux médisances elle décida d’aller au lavoir affronter les commères.
Son tatouage secret, si tabou à l’époque, elle le leur collerait sous le nez. Il s’était beaucoup effacé mais il en jetait encore pour qui oserait regarder son ventre arrondi, son nombril proéminent au milieu du zéro tout rond. Des chiffres s’étiraient de chaque côté du zéro : 314 O 429. Elle était fière de porter ce numéro, ça leur clouerait le bec.
La guerre n’était pas si loin, les dénonciations non plus. Et, si certains avaient réchappé des camps, son grand-père y était resté.
Avec tout l’amour qu’elle lui portait, et aussi pour cet enfant de l’amour qu’elle portait, Sarah avait décidé d’afficher devant ces commères son matricule tatoué. Son matricule qui s’effaçait inexorablement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.