INFOS

A la ligne – Feuillets d’usine

A la ligne décrit la découverte de deux mondes inconnus de l’auteur, ceux des conserveries de poisson et des abattoirs bretons.

Un chant tantôt allègre, tantôt virulent, dédié « aux prolétaires de tous les pays , aux illettrés et aux sans dents avec lesquels j’ai tant ri, souffert et travaillé ».

Adrien Melin en restitue la vivacité et le souffle poétique.

Unique roman de Joseph Pontus.

Quelques extraits de la lecture en vidéo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.