INFOS

William McIlvanney

Share Button
Glasgow 7.3.13 Author William McIlvanney. Photographed for Canongate for UK promotion of the re-launch of his Laidlaw books.  For other uses - please contact the photographer. Picture Copyright: Iain McLean, 79 Earlspark Avenue, Glasgow G43 2HE 07901 604 365 photomclean@googlemail.com www.iainmclean.com All Rights Reserved Strictly No Syndication Photo only to be used in connection with Canongate ' Laidlaw' books. Further uses - please contact the photographer.
Glasgow 7.3.13
Author William McIlvanney.
Photographed for Canongate for UK promotion of the re-launch of his Laidlaw books.
For other uses – please contact the photographer.
Picture Copyright: Iain McLean,
79 Earlspark Avenue,Glasgow G43 2HE
07901 604 365
photomclean@googlemail.com
www.iainmclean.com
All Rights Reserved- Strictly No Syndication
Photo only to be used in connection with Canongate ‘ Laidlaw’ books. Further uses – please contact the photographer.

Né en 1936 dans une famille de mineurs, McIlvanney est l’un des plus grands romanciers et poètes écossais . Son œuvre a profondément marqué non seulement ses compatriotes comme Ian Rankin ou Val Mc Dermid mais aussi Didier Deaninckx ou Pierre Lemaître.

Ses premiers romans « Docherty » (1975) et « Laidlaw » (1977) paraissent au moment où s’accentue la crise du modèle britannique. Devenue structurelle, cette crise affecte désormais le modèle keynésien de l ‘Etat Providence que les travaillistes ont de plus en plus de mal à conserver. Ainsi, des pans entiers de l’économie industrielle commencent à être mis à mal tandis que la classe ouvrière entre dans l’ère du chômage de masse et de la précarité sociale. Dès lors, les périphéries régionales s’éloignent de plus en plus du centre londonien, qu’elles soient galloise, écossaise ou, plus radicalement encore, nordirlandaise.

Glasgow connaît alors un bouillonnement culturel nouveau qui s’accompagne d’une prise de conscience politique à la fois nationaliste et socialisante. « Docherty » est dans cette veine qui raconte l’histoire d’une famille de mineurs au début du XXème siècle (Rivages 1999). Dans ce roman historique McIlvanney témoigne de la culture des mineurs : « Dieu parle le latin, pas l’écossais, ni l’ouvrier » écrit-il. C’est un regard nouveau qui rend sa dignité à des couches populaires assimilées le plus souvent à des classes dangereuses et ignorées des écrivains « bourgeois » engoncés dans leur « high culture ».

Son arrivée dans le genre « polar » découle de sa volonté de pouvoir dire ce qui est le plus souvent caché. « Laidlaw » (Fleuve Noir 1983, puis Rivages 1987) ouvre un cycle qui se poursuit par « Les papiers de Tony Veitch » ( 1983 puis 1987) « The Big Man » (1990) et « Etranges loyautés » (1990)

Laidlaw est un policier en marge du système, compagnon habituel de l’œuvre de Camus et de Kirkegaard qui refuse que les marginaux et les criminels soient des monstres et non pas des humains. Homme qui doute, il considère que les problèmes ne viennent pas des individus mais se situent au niveau des institutions et de la représentation politique.

La ville de Glasgow est partout dans son œuvre, c’est la ville aux quartiers ouvriers et aux pubs où l’on est supporter du Celtic. La ville d’aujourd’hui remodelée pour les besoins d’une nouvelle économie libérale au seul profit de sa middle class intégrée est absente des romans.

Aujourd’hui la classe ouvrière a disparu. Pour les derniers mineurs comme Dan Scoular dans « The Big Man » il ne reste plus que les poings pour des combats à mains nues organisés par la pègre locale. Après les Trente Glorieuses et leurs illusions de bien être pour tous, le prolétariat doit revenir à ses origines : sa seule force de travail qu’il doit vendre au plus offrant.

Dimanche 24 mai sur l’esplanade Cap Caval à partir de 16h, McIlvanney sera face au public .

Il sera présent sur le site samedi et dimanche.

NB : la « trilogie Laidlaw » reparait ce mois ci chez Rivages.

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *